[./taennchel_debut.html]
[./taennchel_mur_paien.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Les Celtes

Contexte général

Les premiers Celtes arrivèrent des contrées de l’Europe Centrale à partir de 1 500 av. JC. Ces invasions se succédèrent jusqu’ à environ 800 av. JC, période où ces peuplades se fixèrent définitivement en France. Les récentes découvertes ont permis d’établir une nouvelle approche sur l’organisation globale, mais aussi détaillée dans les faits de tous les jours. Nous sommes bien loin des clichés de l’imaginaire collectif véhiculés jusqu’à nos jours. Touts les connaissances concernant la religion celtique se trouvent remises en cause par le travail des archéologues et des historiens.
De grands sanctuaires, dont l’existence de certains ont été découverts il y a moins de trente ans, servaient de cadre aux cérémonies religieuses. Ces lieux de culte, bien que construit en terre ou en bois présentaient un aspect proche de ceux connus dans le monde grec ou romain. Les plus anciens sanctuaires étudiés se rencontrent en Gaule du Nord à la fin du IV siécle av. JC. Ils se situen sur les points hauts du paysage et permettent de grands rassemblements. Les rites les plus fréquents étaient le sacrifice d’animaux ou l’offrande.
La religion celtique est avant tout élaborée et savante. Comme beaucoup d’autres, elle se fonde sur l’observation du ciel; la vie sur terre est organisée par le mouvement des astres. Le cycle des saisons a donné naissance aux différentes fêtes qui leur correspondent. Les connaissances en astronomie et en astrologie étaient très poussées. Les pratiques cultuelles, loin d’être occultes et cachées, faisaient partie de la vie publique des celtes qui y participaient massivement.
Le monde des morts avait une part importante dans ces cérémonies. Plus il y avait de victimes, plus les âmes pouvaient sortir de l’autre monde; c’était un moyen d’échange de vies contre de vies nouvelles.
Dans le panthéon celtique, nous trouvons les principales divinités celtes qui furent aussi vénérés dans les Vosges: Taranis, Belenos ou encore Teutatès ...
Les pratiques cultuelles des Celtes étaient associées à d’étranges coutumes dont le sens reste énigmatique....
Contexte régional

Déjà 1 500 ans avant notre ère, l’Alsace était une frontière: la frontière occidentale du domaine celtique original. L’invasion commence vers 1 500 ans av. JC pendant l’âge de Bronze. Jusqu’aux environs de 800 ans av. JC, l’histoire de ces Celtes n’est pas connu de manière très précise. Avec l’âge de Fer, au moment où ce peuple se sédentarise près des cours d’eau et sur les hauteurs quelques fois grossièrement fortifiés, son organisation devient plus lisible. Les deux grandes périodes sont l’Hallstatt et la civilisation de la Tène.

HALLSTATT
Pendant l’Hallstatt ancien, entre 750 à 650 av.JC, la sépulture sous tumulus est le rite le plus répandu chez les Celtes en plaine.Les trouvailles attestent la présence de cavaliers, de chefs qui constituent une aristocratie dans la région de Colmar. On note l’apparition de résidence fortifiées. Le rite de l’inhumation ( et non plus l’incinération ) est révélateur. Le chef se fait enterrer avec armes, bijoux et même le char et l’équipement du cheval. L’analyse de ces sépultures révèle qu’après la société égalitaire de la fin de l’âge de Bronze succède une société de classes. Un fait important est à noter: on trouve dans ces sépultures des vases et d’autres objets originaires de Grèce et de Hongrie.
Au cours de l’Hallstatt moyen, de 650 à 550 av.JC, la métallurgie, avec sa production d’armes, renforce les classes dominantes. Des contacts étroits avec les pays méditerranéens ( Espagne, Italie, Grèce ) apparaissent. L’urbanisation se développe sous l’influence des civilisations étrusques et grecques. Une fois de plus, les sépultures témoignent de la présence d’objets en provenance des pays du Sud. Les objets en provenance d’ateliers du Péloponèse en Grèce sont importés en Etrurie ( Italie ) pour être diffusés dans le domaine celtique au nord et à l’ouest des Alpes. A partir de - 600, c’est aussi par la voie du Rhône, de la Saône, de l’Ain et du Doubs qu’arrivent en Alsace toutes sortes d’objets. La société celtique d’Alsace entre dans une ère de croissance positive et des places fortes sont fondées.
L’Hallstatt final, 550 à 480 av. JC, se caractérise par une population nombreuse. Mais l’Alsace ne connait une société égalitaire que dans le nord de la région alors que le sud conserve une certaine féodalité.

CIVILISATION DE LA TENE
C’est une période de troubles; les fouilles révèlent des incendies et des destructions, peut être mêmedes soulèvements contre le régime féodal. Une nouvelle civilisation s’installe, mais l’Alsace reste en marge de ces changements qui ne se manifesteront que plus tard. Les mouvements de la population sont importants et un exode vers le Sud se produit. Les combats incessants auxquels participent les Celtes vident les régions. Les Arvernes s’étendent jusqu’au Rhin. Les vassaux en Alsace sont: les Triboques au nord, les Médiomatriques jusqu’à Guémar ( centre de l’Alsace ) et les Séquanes au sud. La monnaie celtique apparait vers le 1er siècle av. JC. C’est aussi la fin des relations économiques avec les pays méditerranéens. Rome est devenu l’ennemi. Vers - 60, l’Alsace est envahie par Arioviste, chef germain, et son armée. Puis il est battu par César et son armée près de Cernay en 58 av. JC.
Les places fortes sur les hauteurs des Vosges

Durant cette période, les sommets vosgiens connurent également une activité soutenue.
Sur le Donon et le Mont Ste Odile ( Altitona ), la présence humaine est permanente à partir de 1 500 ans avant notre ère avec des degrés de présence variable. Des traces de civilisation ont également été découvertes à cette période au Frankenbourg et au camp de la Bure: mur païen ( même technique qu’au Mont Ste Odile ) au Frankenbourg et activité métallurgique par les occupants de la Bure vers - 200.
Près de Ribeauvillé, des recherches ont révélés la présence d’une tribu qui a crée des habitations à l’âge de Bronze vers 2000 av. JC. Puis sur les hauteurs du château du Ribeaupierre, des restes datant de 1500 et 750 avant JC ont été trouvéss dans un enclos protohistorique. C’est à dire avant et après l’invasion des Celtes. Cela nous rapproche ( à deux pas de géants...) du Taennchel situé à l’arrière de ce château.
La période celte s’étend sur 15 siècles avant JC. A partir de 750 av. JC (âge de fer), il est plus aisé, grâce aux fouilles, d’avoir une approche précise de la société de l’époque. La période la plus ancienne depuis l’arrivée des Celtes ne se prête pas à des conclusions formelles car les tribus étaient en mouvement et ne se fixèrent qu’à partir de - 800 av. JC. Le Taennchel présente toutes les conditions d’une occupation des lieux. Il est fort probable que ce site ait été occupé au moins 2 ou 3 fois avant notre ère.
L’invasion des celtes
La sédentarisation des tribus celtes
Carte de la répartition des tribus celtes en Gaule.
Vestiges protohistoriques au pied du château du Haut-Ribeaupierre avec le Taennchel à l’arrière-plan.
Occupation du site en 1500 et 750 av. JC.
Sur le Donon, une réplique d’un temple gallo- romain a été edifiée au XIX ème siècle
Le mur païen en contrebas du château du Frankenbourg a été construit avec la même technique que celui du Mont Ste odile